ANALYSE D'EAU AVANT / APRES

Compte-rendu d’une analyse d’eau avant et après purification au Binchotan 

de la marque "LE VRAI BINCHOTAN ® »

 

 

 « Le vrai Binchotan ® » est une micro-entreprise située sur la Côte d’Azur, à Vallauris (06). Nous proposons à la vente du véritable Binchotan Japonais de Wakayama.

 

 

  1. Qu’est ce que le Binchotan :

 

Le Binchotan est un bâtonnet de charbon actif, qui sert à purifier les éléments indésirables contenus dans l’eau du robinet et à améliorer son goût. 

Il a été inventé au Japon, où il est utilisé depuis le 17ème siècle.

Le Binchotan s’utilise sur une eau potable (c’est à dire une eau du robinet qui est conforme aux normes de potabilité).

 

Tous les systèmes de filtration de l’eau contiennent du charbon actif (osmoseurs, carafes filtrantes, filtre à gravité, filtres de voyages, cartouches pour réfrigérateurs Américains, filtre à monter sur le robinet … ). 

 

Dans ces systèmes, le  charbon actif en poudre est enfermé dans une cartouche ou un filtre en plastique : 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Crédit images : 

http://ysbaelle.over-blog.com/2018/08/autopsie-d-un-filtre-brita.html

 

Avec le Binchotan, le charbon actif reste sous sa forme naturelle : au lieu d’être réduit en poudre, il se présente sous la forme de bâtonnets.  L’avantage de ce procédé, c’est qu’il ne nécessite pas de cartouches en plastique pour fonctionner. 

 

Le véritable Binchotan Japonais est un produit rare. Il est produit artisanalement au Japon et en faible quantité, de façon éthique et sans aucune déforestation. 

 

Le véritable Binchotan Japonais est activé uniquement avec de la vapeur d’eau, et non pas avec des solvants chimiques comme dans certains autres pays Asiatiques (Laos, Chine, Vietnam …) qui vendent du charbon actif en grosse quantité. 

 

 

Certaines de ces contrefaçons peuvent être dangereuses pour la santé, notamment les charbons de barbecue qui contiennent des goudrons. Il est donc important de choisir un Binchotan de qualité. 

 

Le Japon est le seul pays au monde à faire tester son charbon actif pour la radioactivité. Nous avons confirmé ces tests par un test indépendant réalisé en France qui est disponible ici : https://www.levraibinchotan.com/non-radioactif

 

Seule cette étiquette jaune vous garantie d’être face à un véritable Binchotan Japonais. Vous trouverez d’autre information sur notre site : www.levraibinchotan.com/authentique 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    

 

2) Intérêts du Binchotan  :

 

L’intérêt principal du Binchotan est son faible coût, sa facilité d’utilisation et son faible impact écologique.

 

Un bâton de 20 grammes de véritable charbon actif  « LE VRAI BINCHOTAN ® » coûte entre 13 et 15 euros. Il purifie 3 L d’eau par jour pendant 6 mois. 

 

Son coût annuel est de 30 euros maximum par an pour un bâton de 20 grammes, soit 2,50 € par mois.

 

Le Binchotan ne nécessite aucun travaux d’installation et fonctionne sans électricité : on peut donc l’emmener partout (travail, vacances …). Il est économe en eau puisqu’on peut consommer l’intégralité de l’eau qui a été mise à purifier. 

 

Contrairement à certains filtres qui débarrassent totalement l’eau de ses minéraux,  le Binchotan à la réputation de préserver les minéraux contenus dans l’eau du robinet qui sont importants pour la santé. Il a également la réputation d’enrichir l’eau en minéraux essentiels. 

 

Nous avons donc cherché à vérifier ces informations par une analyse d’eau avant et après purification au Binchotan « LE VRAI BINCHOTAN ® ». 

 

Comme il est 100 % végétal,  le Binchotan est totalement biodégradable et compostable quand il arrive en fin de vie. Il ne produit donc aucun déchets et reste très sain pour la santé. En effet, le Binchotan fonctionne sans aucune cartouches ni filtres en plastique, donc l’eau de boisson n’est pas en contact avec du plastique.

 

A l’inverse, l’achat d’un osmoseur nécessite des travaux et coûte en moyenne 2500 € à l’achat. Il faudra ensuite rajouter les frais de maintenance (filtres à renouveler tous les 6 mois à un an selon les modèles) et la consommation électrique quotidienne. 

 

L’osmoseur consomme également beaucoup d’eau : 5 L d’eau sont nécessaires pour obtenir 1 L d’eau osmosée, ce qui entraine un énorme gaspillage d’eau. Avec le Binchotan, chaque ml d’eau est consommé, il n’y a aucun gaspillage d’eau (source : https://www.aquachange.fr/Articles/eau-osmosee.php).

 

 

On reproche souvent au Binchotan d’être Japonais, ce qui nécessite une importation, mais sachez que tous les charbons en poudre contenus dans les filtres à eau viennent d’Asie : il n’existe aucune production de charbon actif en Europe. 

De même, les perles céramiques sont toutes fabriquées au Japon.

La plupart des plastiques des cartouches, des filtres à eau  et des bouteilles d’eau sont également fabriqués en Asie, puisqu’il n’y a quasiment pas de production en Europe. 

 

Fidèles à nos valeurs écologiques, nous compensons l’empreinte carbone de toutes nos importation en soutenant une ruche via le site « un toit pour les abeilles » (voir sur le site:https://www.levraibinchotan.com/nos-valeurs).

 

Le Binchotan est donc une façon végétale, naturelle, écologique et économique de purifier son eau du robinet.

 

3) Conditions de réalisation de l’analyse :

 

 

Nous avons décidé de réaliser une analyse d’eau avant et après purification avec nos bâtonnets de charbon actif Japonais « LE VRAI BINCHOTAN ® »

 

Le prélèvement de l’eau a été réalisé dans notre local situé sur la Côte d’Azur à Vallauris dans les Alpes-Maritimes, commune dans laquelle la qualité de l’eau est jugée « bonne » .  

 

L’analyse a été réalisée par le laboratoire « CARSOS », qui est un laboratoire spécialisé dans l’analyse de l’eau. Ce laboratoire est accrédité COFRAC afin de s’assurer de la fiabilité des résultats obtenus.

 

Nous leur avons demandé de réaliser :

  • une analyse d’eau prélevée directement au robinet de notre local de Vallauris (06220)

  • une analyse de la même eau, purifiée au charbon actif « LE VRAI BINCHOTAN ® »

 

Pour effectuer cette purification, nous avons utilisé le Binchotan à sa dose la plus faible (20 grammes par litre), puisque l’eau de notre ville est de bonne qualité (pour rappel, les doses de Binchotan utilisées peuvent aller de 20 à 40 grammes par litre selon la qualité initiale de l’eau). 

 

Les bâtons de charbon actif « LE VRAI BINCHOTAN ® » utilisés étaient âgés d’un mois et demi. Comme indiqué sur le mode d’emploi, les bâtonnets ont été préalablement bouillis pendant 15 minutes puis séchés à l’air libre avant utilisation. 

 

Ils ont ensuite été plongés dans l’eau du robinet durant 8 heures, puis retirés. 

Les carafes en verre utilisées pour le test ont simplement été lavées au lave-vaisselle avant utilisation.

 

4) Paramètres analysés dans cette étude :

 

L’étude porte sur l’analyse avant / après d’une eau purifiée au Binchotan « LE VRAI BINCHOTAN ® ». 

 

Les paramètres suivants ont été analysés :

 

  • les principaux minéraux : calcium, magnésium et potassium

  • la dureté de l’eau : titre hydrotimétrique (°TH)

  • le PH

  • le résidus à sec à 180 °C

  • le chlore

  • l’analyse bactériologique

  • les principaux oligo-éléments : cuivre, zinc et fer

  • les résidus de métaux lourds : plomb, arsenic, cadmium, chrome, mercure et nickel

  • les résidus de pesticides

  • les résidus de composés organiques volatils (COV)

 

  1. Les minéraux : 

 

  • Le calcium  :

 

Le calcium est donc indispensable à la santé.

 

Notre eau du robinet contenait 59,1 mg de calcium par litre. 

 

Après 8h de purification avec une dose minimale de Binchotan de 20 g / litre, le calcium à diminué de 5,25 % (soit 56 mg/ litre). 

 

Il est donc intéressant de constater que contrairement aux osmoseurs, le Binchotan ne supprime pas tout le calcium de l’eau. En effet, le calcium est indispensable pour une bonne santé osseuse.

 

Les besoins journaliers en calcium d’après l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) sont de 500 mg chez les nourrissons, 700 mg chez les enfants et  750 mg chez les plus de 24 ans.

Les personnes ne consommant pas de produits laitiers (végans où intolérants au lactose par exemple) auront tout intérêt à ne pas supprimer le calcaire contenu dans leur eau de boisson puisque c'est du calcium.

 

Source : https://www.anses.fr/fr/content/le-calcium

 

 

  • Le magnésium : 

 

Notre eau du robinet contenait 7,9 mg de magnésium par litre. 

 

Après 8h de purification avec une dose de Binchotan minimale de 20 g / litre, le magnésium a été totalement épargné par le Binchotan : il est resté à 7,9 mg / litre. 

 

Le magnésium est essentiel à de nombreuses fonctions de l'organisme. Il est surtout connu pour préserver l'équilibre nerveux et musculaire. 

 

L’apport journalier en magnésium pour un adulte est de 80 mg pour un nourrisson,  200 mg pour un enfant et 420  mg pour un adulte.

 

Source :  https://www.anses.fr/fr/system/files/NUT2012SA0103Ra-1.pdf

 

 

  • Le potassium : 

 

Notre eau du robinet contenait 0,6 mg de potassium par litre. 

 

Après 8h de purification avec une dose de Binchotan minimale de 20 g / litre, le potassium a été mesuré à 5,4 mg par litre ! Nous pouvons donc constater que le Binchotan a enrichi l’eau en potassium.

 

Ceci est important car les carences en potassium sont fréquentes. Le potassium permet une bonne contraction des muscles, et notamment du cœur : il est donc essentiel à la santé. 

 

Les besoins journaliers en potassium sont estimés à 750 mg par jour pour un nourrisson, 1100 mg pour un enfant et 3500 mg par jour pour un adulte. 

 

Il n’y a donc aucun danger à boire une eau riche en potassium, puisque la dose quotidienne est 600 fois plus importante que la dose contenue dans 1 L d’eau purifiée avec notre Binchotan.

 

Sources : https://efsa.onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.2903/j.efsa.2016.4592

 

 

2. La dureté de l’eau :

 

La dureté d'une eau, ou titre hydrotimétrique, dépend de la quantité de sels de calcium et de magnésium qu'elle contient. Elle se calcule en degrés français, symbolisés par un « °TH » (= titre hydrotimétrique). Plus l'eau contiendra de calcium et de magnésium, plus la dureté sera élevée.

 

Notre eau du robinet contenait 18,03 °TH au départ.

 

Après 8h de purification avec une dose de Binchotan minimale de 20 g / litre, le titre hydrotimétrique de l’eau était de 17,25 soit une réduction de 4,33 %. 

 

Il est à noter que nous avons utilisé la dose de Binchotan la plus faible. Les personnes qui souhaitent réduire davantage la dureté de leur eau de boisson pourront utiliser des doses de Binchotan plus conséquentes (30 à 40 grammes par litre). Toutefois, le calcaire étant du calcium, il est important pour la santé. Les personnes ne consommant pas de produits laitiers (végans où intolérants au lactose par exemple) auront tout intérêt à ne pas supprimer le calcaire contenu dans leur eau de boisson puisque c'est du calcium.

 

3. Le PH de l’eau :

 

Au départ, notre eau du robinet avait un PH de 8. 

 

Après 8h de purification avec une dose de Binchotan minimale de 20 g / litre, le PH de notre eau a augmenté de  1.37 % : il était de 8.11 .

 

On constate donc que le Binchotan alcalinise légèrement l’eau du robinet en augmentant le PH de l’eau. Evidemment, ces résultats dépendront du PH initial de votre eau.

 

Etant donné que notre mode de vie moderne entraine une acidification du corps, l’eau purifiée au binchotan pourra aider à réguler les effets d’une alimentation acidifiante. 

Vous trouverez plus d’information ici :

http://www.naturopathyfamily.fr/index.php/weblog

http://www.cuisine-alcaline.com/regime-alcalin/

 

La norme de potabilité fixe la limite du PH entre 6,5 et 9. Notre eau purifiée au Binchotan est donc parfaitement propre à la consommation.

 

 

 4. Le résidu à sec à 180 °C

 

Notre eau du robinet contenait 258 mg de résidu à sec par litre à sec au départ.

 

Après 8h de purification avec une dose de Binchotan minimale de 20 g / litre, le résidu à sec a été mesuré à 274 mg / litre : cette variation s’explique par l’augmentation de certains minéraux.  

 

Notre eau purifiée au Binchotan reste néanmoins largement inférieure aux 500 mg/ litre de résidus à secs. Elle est donc considérée comme « faiblement minéralisée »,  et peut donc être utilisée pour la préparation des biberons. En comparaison, l’eau d’Evian contient 309 mg de résidus à sec par litre d’eau et elle est utilisable pour la préparation des biberons.

 

5. Le chlore :

 

Le chlore n’a pas été retrouvé dans notre eau de départ. De ce fait, il n’était donc pas présent dans l’eau purifiée par le Binchotan. Les prélèvements ont été réceptionnés par le laboratoire plusieurs jours après l’analyse, donc ces résultats s’expliquent par le fait que le chlore s’évapore spontanément.

 

6.  Analyse bactériologique :

 

En 2016, l'ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) publiait un avis relatif à l’évaluation de l’innocuité et de l’efficacité des carafes filtrantes. 

Il  indiquait que "les études menées au domicile de particuliers montrent une augmentation des germes aérobies revivifiables à 22°C et 36°C dans les eaux filtrées par des carafes filtrantes, au-delà des limites réglementaires".

 

Nous avons donc cherché à savoir si l’utilisation du Binchotan pouvait entraîner elle aussi une contamination de l’eau. Les échantillons d’eau ont été reçus par le laboratoire 2 jours après notre prélèvement. Ils ont ensuite été mis en incubation pendant 72h avant d’être analysés. L'analyse à donc eu lieu 5 jours après le prélèvement.

On constate que les limites autorisées n'ont pas été dépassées : en effet l’analyse de notre eau avant / après purification au Binchotan est restée quasiment identique. Cela montre qu'avec une bonne hygiène de la carafe et du Binchotan, il n'y a pas de contamination de l'eau.

 

Sources : 

https://www.anses.fr/fr/system/files/EAUX2015SA0083.pdf

https://www.anses.fr/fr/content/carafes-filtrantes-l’anses-rappelle-les-règles-de-bon-usage

https://www.quechoisir.org/actualite-carafes-filtrantes-inutiles-voire-pire-n25672/

https://www.sfmu.org/toxin/EAU/DIVERS/REFQUALI.HTM
 

7. Les oligo-éléments :

 

  • Le cuivre : 

 

Notre eau du robinet contenait 0,027 mg de cuivre par litre. 

 

Après 8h de purification avec une dose de Binchotan minimale de 20 g / litre,  le cuivre a été mesuré à 0,040 mg par litre, soit une augmentation de 48,15 %. Nous pouvons donc constater que le Binchotan a enrichi l’eau en cuivre. 

 

Le cuivre contribue à la formation des globules rouges et aux défenses immunitaires. 

 

Les besoins journaliers en cuivre sont estimés à 0,6 mg par jour pour un nourrisson, 1 mg par jour pour un enfant, et 1,3 mg par jour pour un adulte. 

 

Il n’y a donc aucun danger à boire une eau riche en cuivre, puisque la dose journalière est 32 fois plus importante que dans un litre de notre eau purifiée au Binchotan.

 

Sources : https://www.anses.fr/fr/system/files/NUT2012SA0103Ra-1.pdf

 

 

  • Le zinc :

 

Notre eau du robinet contenait 0,035 mg de zinc par litre. 

 

Après 8h de purification avec une dose de Binchotan minimale de 20 g / litre, le zinc a été mesuré à 0,043 mg par litre, soit une augmentation de 22.86 %. Nous pouvons donc constater que le Binchotan a enrichi l’eau en zinc. 

 

Le zinc permet de stabiliser diverses hormones et notamment l’insuline. Il est indispensable aux défenses immunitaires, et il contribue au bon état de la peau et des cheveux. 

 

Les besoins journaliers en zone sont estimés à 8 mg par jour pour un enfant et à 9 mg par jour pour un adulte. 

 

Il n’y a donc aucun danger à boire une eau riche en zinc, puisque la dose quotidienne est 209 fois plus importante que la quantité contenue dans 1 L de notre eau purifiée au Binchotan.

 

Sources : https://www.anses.fr/fr/system/files/NUT2012SA0103Ra-1.pdf

 

  • Le fer :

 

Dans notre eau du robinet de départ, le fer était présent à l’état de traces infimes. Les variations liées à l’utilisation du Binchotan n’ont donc pas pu être mesurées.

 

8. Les résidus de métaux lourds : 

 

  • Le plomb :

 

Notre eau du robinet contenait 0,011 mg de plomb par litre : elle dépassait donc les normes de potabilité Françaises, qui sont fixées à 0,010 mg de plomb par litre !!

 

Après 8h de purification avec une dose de Binchotan minimale de 20 g / litre, le plomb a été mesuré à

0,005 mg par litre, soit une réduction de 54.55 %.

 

  • L’aluminium :

 

Notre eau du robinet contenait 0,039 mg d’aluminium par litre. 

 

Après 8h de purification avec une dose de Binchotan minimale de 20 g / litre, l'aluminium a été mesuré à 0,037 mg par litre, soit une réduction de 5.13 %. La limite étant fixée à 0,2 mg par litre, notre eau est donc 5 fois en dessous de la limite.

  • L’arsenic

  • Le cadmium

  • Le chrome

  • Le mercure

  • Le nickel 

 

 

Dans notre eau du robinet, ces métaux lourds étaient présents à l’état de traces infimes. Les variations liées à l’utilisation du Binchotan n’ont donc pas pu être mesurées puisque le laboratoire n'est pas en mesure de détecter des seuils aussi bas.

 

    

9. Les pesticides :

 

Nous avons cherché à savoir si l’eau de notre ville était conforme aux normes de potabilité pour les pesticides.

 

Les pesticides sont des produits chimiques destinés à la protection des cultures : la limite fixée est de 0,1 µg par litre. 

Les pesticides retrouvés dans notre échantillon d’eau du robinet varient entre 0,005 et 0,020 µg par litre, soit entre 5 et 20 fois moins que la limite de potabilité.

 

La mesure de ces résidus étant présents à l’état de traces infimes, les variations liées à l’utilisation du Binchotan n’ont donc pas pu être mesurées puisque le laboratoire n'est pas en mesure de détecter des seuils aussi bas.

 

 

10. Les composés organiques volatils (COV) : 

 

Les composés organiques volatils (COV) sont de grosses molécules qui souvent issues des produits pétroliers : la limite fixée est de 10 µg par litre. 

 

Les COV retrouvés dans notre échantillon d’eau du robinet sont inférieurs à 0,005 µg par litre soit 2000 fois moins que la limite de potabilité.

La mesure de ces résidus étant présents à l’état de traces infimes, les variations liées à l’utilisation du Binchotan n’ont donc pas pu être mesurées puisque le laboratoire n'est pas en mesure de détecter des seuils aussi bas.

11. Voir nos analyses "avant" :

 

Les documents suivant sont sous copyrigts, leur reproduction est interdite

12. Voir nos analyses "après" : 

Les documents suivant sont sous copyrigts, leur reproduction est interdite

©2018 by LE VRAI BINCHOTAN

Copie et reproduction interdites